Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Foxtrot Voyages

CARNETS DE BORD DU "LAERTES" ET AUTRES NAVIRES : la mer, les côtes, les ports et quatre pas à terre...

À LA VOILE DE LA TERRE DE FEU À L'ANTARCTIQUE - ÉPISODE 7 ET FIN

À LA VOILE DE LA TERRE DE FEU À L'ANTARCTIQUE - ÉPISODE 7 ET FIN
ÉPISODE 7 ET FIN :
ET TOUT FINIT DANS UN YACHT-CLUB
 

Revenus à Palmer, nous nous mettons à couple de deux autres voiliers déjà amarrés.

Un growler – encore ! - viendra bientôt se prendre dans les amarres et nécessitera un laborieux travail pour l’en dégager. Effort dehors, réconfort à bord… apéritifs et petits fours partagés entre équipages réunis sur Vaihéré pour une soirée jazzy. Le piano électrique du bord a été sorti et le carré se transforme en piano-bar tard dans la nuit…

C’est un peu une fête de départ, car le lendemain commence la préparation de la traversée de retour. Les fichiers météo reçus via le satellite annoncent le passage d’une très grosse dépression sur notre route. Nous appareillons avec un vent de nord-ouest faible avec une houle ouest, puis nord.

EN ROUTE AVEC LES ALBATROS

Parvenus à hauteur des Iles Shetland, nous obliquons à l’ouest pour laisser passer le gros coup de tabac. Nuit très étoilée, sans vent, comme la journée du lendemain sur une mer calme avec une longue houle de plus de deux mètres de creux. En fin d’après-midi, le vent arrive par ouest / nord-ouest. Le bateau s’élance vers le nord avec la misaine arisée au premier ris et le génois déroulé. Nous croisons des albatros et des damiers du cap. Certains nous accompagnent longuement.

Vent fluctuant, mais temps assez clément, avec peu de grains. Nous mettrons deux jours et une nuit de plus pour arriver au Cap Horn.
QUAND LE CAP HORN EST RASSURANT

À l’aller, la vue du Horn était inquiétante car on plongeait dans l’inconnu… au retour elle rassure, revenant d’un autre monde glacé. On rentre à la maison…Profitant des conditions clémentes de cette matinée ensoleillée, nous débarquons sur l’îlot du Cap. Nous rendons visite au gardien du feu et à sa petite famille et allons nous promener jusqu’au sommet de la butte où est érigé un monument à la mémoire de tous les marins disparus dans ces eaux.

Nous réembarquons et arrivons de nuit à Puerto Williams. Nous nous amarrons à couple d’autres voiliers déjà amarrés le long de la coque du Micalvi, un ancien ravitailleur en charbon allemand échoué le long de la rive d’une crique de l’île Navarino. Réaménagé, c’est maintenant un yacht-club. Attention ! Pas n’importe lequel : c’est “le plus austral du monde”… Soirée agitée !

L’aventure se termine ici, ne reste plus qu’à reprendre à l’envers les formalités administratives ici et à Ushuaia.

Fin de l’histoire.  Si vous voulez en savoir plus ou si l’aventure vous tente : www.vaihere.com

Guy Brevet, navigateur-reporter de Foxtrot-Voyages

À LA VOILE DE LA TERRE DE FEU À L'ANTARCTIQUE - ÉPISODE 7 ET FIN
À LA VOILE DE LA TERRE DE FEU À L'ANTARCTIQUE - ÉPISODE 7 ET FIN
À LA VOILE DE LA TERRE DE FEU À L'ANTARCTIQUE - ÉPISODE 7 ET FIN
À LA VOILE DE LA TERRE DE FEU À L'ANTARCTIQUE - ÉPISODE 7 ET FIN
À LA VOILE DE LA TERRE DE FEU À L'ANTARCTIQUE - ÉPISODE 7 ET FIN
À LA VOILE DE LA TERRE DE FEU À L'ANTARCTIQUE - ÉPISODE 7 ET FIN
À LA VOILE DE LA TERRE DE FEU À L'ANTARCTIQUE - ÉPISODE 7 ET FIN
À LA VOILE DE LA TERRE DE FEU À L'ANTARCTIQUE - ÉPISODE 7 ET FIN
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article